jeudi 4 avril 2013

mystere et boule de gomme

il existe les mystères de l'ouest, les mystère d'Andromède, les mystères de la toison d'or, le mystère de la chambre jaune, même Tchoupi et le mystère des jouets...



Mais as tu déjà entendu parler du mystère de la chaussette abandonné ?

non....

Je m'en vais de ce pas te narrer cette histoire

Il était une fois, ou même deux fois, une jolie et douce maman chaussette et un beau papa chaussette, ils s'aimaient d'amour fou et ne se quittaient jamais. Ils vivaient une idylle sans pareil au fin fond d'un tiroir de commode Louis XVI.
 De cette adorable union, naquît deux adorables jumeaux, si beau, si doux et soyeux, ils étaient merveilleux de sagesse, se tenaient toujours proche l'un de l'autre, laissaient respirer le pied, ne boulochaient pas, pas de couture gênante ... non .. ces deux là étaient parfait. Si bien qu'ils étaient très demandés et quittaient régulièrement le tiroir familial pour fouler d'autres contrées, visiter d'autres lieux et rencontrer des chaussures plus belle les unes que les autres.

Mais un jour, pris dans le tumulte d'un panier à linge où se mélange crasses et autres saletés des bas fond, Jean et Pierre (car c’était leur doux prénom) furent séparés par un caleçon douteux prénommé Robert, Jean fut séparé de Pierre et Pierre fut séparé de Jean, ils allaient devoir affronter seul l'épreuve du lavage, jamais ils n'avaient étaient séparé, jamais ils n'avaient eu a être seul. C'est les mains vide et le cœur lourd, plein de peur et d’appréhension, qu'ils se retrouvèrent chacun leur tour dans le tambour de Dame Machine.

Pour Pierre ce voyage initiatique et solitaire fut révélateur, enfin il était libre, seul, et dieu que c'était bon , il rencontra une soquette jaune, jeune et frêle, qui lui plaisait énormément et qui faisait trembler son petit cœur de chaussette, de cette rencontre inattendu allait a nouveau naître l'amour, il en était persuadé jusqu’à la pointe de ces rayures.

Pour Jean se fût catastrophiquement douloureux, il attendit des jours et des jours prostré dans le fond de sa panière entouré de caleçon douteux de tee shirt crassou, à s'inquiéter pour sa propre sécurité mais aussi pour son pauvre frère qui ne pouvait qu'être perdu sans lui. Quand enfin vient le moment de la machine et de la délivrance un torchon neuf rouge vif s'accrocha à lui, la suite fut sans surprise. Jean ressortit défiguré à jamais, il était différent, certain diront que les longues nuits d'insomnies ont eu raison de lui, d'autre qu'il s'agit là d'un syndrome post traumatique que lui seul sait ce qu'il a vu et vécu la-bas. Le résultat était sans appel Jean n’était plus adorable, il retrouva un frère heureux alors que lui ne l'était plus, ce qui ne fit qu'aggraver sa colère.

Il resta longtemps seul au fond de son tiroir, ses coutures se fragilisèrent jusqu’à s'effilocher, son teint rose terne lui donnait honte il en voulait à la terre entière, l'amour ne devait pas naitre entre deux chaussettes, l'amour ne devrait pas séparer deux frères, il éviterait, à partir de ce jour que cela ne se reproduise, il séparerait les chaussettes avant qu elles n'aient à souffrir.

Depuis ce jour Jean Le Terrible court les placards, les tiroirs et même les dessous de lit, il sépare les chaussettes tant aimés, emmène avec lui la jumelle et repart vers d'autres contrés dans un éclair rosâtre et souvent suivi d'un rire glacé "niark niark niark " qu’il disait .....   

Voila maintenant tu sais pourquoi tu retrouves souvent sortant de ton panier qu'une chaussette seule et abandonnée, elle a rencontré Jean Le Terrible et a regardé s'en aller sa moitié .

le butin de Jean Le Terrible


tu peux aussi j'aimer ma page facebook si le coeur t en dis http://www.facebook.com/TheKuleboineHouse

2 commentaires:

  1. LOL, merci enfin une personne téméraire ose dévoile r le mystère cachés des chaussettes solitaires !
    ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j ai pris des risque inconsidéré ...maintenant je vis caché sous une autre identité ...mais la vérité doit etre dites !!!!!!

      Supprimer